Quelles complications peuvent survenir pendant le Lasik ?

Les complications liées à la kératectomie sont devenues exceptionnelles depuis que les chirurgiens ophtalmologistes utilisent des microkératomes (microrabots) entièrement automatisés. Cela surtout depuis l’utilisation en routine du laser femtoseconde, qui supprime tous les aléas de la découpe.

Les complications liées à l’application du laser sont, elles aussi, exceptionnelles depuis l’utilisation de lasers équipés de systèmes de poursuite très performants (Eye Trackers) qui suivent les mouvements de l’œil pendant le traitement. Si le chirurgien ne dispose pas de ce matériel, la correction peut être déviée hors de l’axe visuel, et des impacts laser risquent alors de se produire là où ils ne sont pas nécessaires. La vision sera mauvaise et nécessitera un nouveau traitement.

La sensation de sécheresse oculaire est un aléa quasi systématique (90%) de la chirurgie au laser. Elle est temporaire et peut être traitée par l’instillation de larmes artificielles ou de gels lubrifiants qui ont l’avantage, étant un peu plus visqueux que les larmes artificielles, de mieux tenir à la surface de la cornée.

L’apparition d’un éblouissement se manifeste parfois quelques semaines après le Lasik avec découpe du volet au laser femtoseconde. Ce syndrome transitoire ne s’accompagne d’aucune baisse d’acuité visuelle et se résout après quelques jours de traitement anti-inflammatoire en collyre.

Les cas d’infection sont rarissimes. Toutefois, il faut savoir que tout œil rouge et douloureux en postopératoire nécessite une consultation ophtalmologique en urgence. Elle peut être traitée par instillation de collyres corticoïdes à forte dose pendant environ une semaine.