L’immeuble Bonne Energie

Le bâtiment Bonne énergie est l’occasion de mettre en relation nos responsabilités collectives de citoyens et nos motivations individuelles d’architectes, de promoteurs, de bureaux d’étude, d’aménageur, d’usagers.

Des valeurs

Consommation inférieure de 70 % à celle prescrite par la RT 2005.
Production photovoltaïque : 47,5 MWh/an. Consommation : 41 MWh/an.
Coût d’exploitation : 3 010 €/an, toutes dépenses énergétiques confondues, inférieur à 2 €/m2/an.
Ratio de consommation de 27 kwh/m2/an, toutes énergies confondues.

 

 

Un bâtiment vivant

56 boulevard Gambetta, à Grenoble. Bâtiment I de la ZAC de Bonne. L’immeuble est situé. Son environnement est caractérisé. Les variations climatiques et celles de son occupation sont connues. Son usage est défini. Ces données engendrent un ensemble de situations contrastées auxquelles le projet doit s’adapter. Cette réactivité nécessaire est le concept essentiel : Concevoir un bâtiment capable de réagir aux conditions de son environnement et de son usage, dans leur diversité et leurs assemblages multiples. Le projet prend ainsi une dimension vivante, organique.

Un bâtiment sensible, qui perçoit

Perception des variations du contexte, conditions climatiques et occupation, pour en déduire un fonctionnement optimum sur les critères du confort d’usage et de l’économie d’énergie.

Un bâtiment réactif, qui s’adapte

Adaptation à ces conditions changeantes, internes ou externes, à leurs rythmes d’évolution diversifiés et combinés, pour proposer une synthèse acceptable entre performance énergétique et valeur d’usage.

Un bâtiment en équilibre

Equilibre entre objectifs et moyens, entre technique et usage, entre dépenses et recettes.

Le temps qu’il fait et le temps qui passe

Un bâtiment vivant. Qui s’adapte aux temps. La météo. Le rythme des saisons. Les rythmes du travail. Jour et nuit, semaine et week-end, activité et vacances. La qualité et les performances du projet s’apprécient dans sa capacité à suivre ces rythmes. A être alternativement un bâtiment de jour, puis un bâtiment de nuit, un bâtiment d’été ou un bâtiment d’hiver, un immeuble au travail ou en vacances.

Des dualités multiples qui guident l’architecture et ses dispositifs

Ces dualités, qui caractérisent les facteurs climatiques et l’usage, constituent des arguments d’architecture et qualifient le visage changeant de l’immeuble. Ombre ou lumière. Transparence ou opacité. Ouverture ou fermeture. Confinement ou ventilation. Des contrastes qui guident vers des dispositifs adaptables, modifiables, et qui impose une nécessaire sensibilité et caractérisent l’architecture.